Carcassonne – Quillan / La bataille du rail

Print Friendly, PDF & Email
En 1981, un ministre communiste des transports, Charles Fiterman, trouve dans ses dossiers le rapport Guillaumat qui prévoyait la suppression de milliers de kilomètres de voies ferrées dites secondaires et non rentables. Le rapport est mis au placard. Fin des années 90, un autre ministre communiste des transports, Jean-Claude Gayssot, s’oppose au contrat de plan Etat-SNCF 1995-2000 qui prévoyait la suppression de 6000 kilomètres de lignes et la suppression de 50 000 cheminots. Ces lignes ont été maintenues, d’autres ont été réouvertes et des activités créées. Il y a eu 41 000 embauches d’agents SNCF au statut.Mais depuis cette période, avec des gouvernements de droite, le désengagement de l’Etat à l’égard de la SNCF n’a cessé de s’aggraver. La création de RFF (Réseau Ferré de France) en 1997 devait régler la dette « infrastructures » du système ferroviaire. Ce n’est pas le cas, la dette s’élève à 28 Milliards et le réseau a continué à se dégrader. RFF rogne sur les travaux d’entretien et de renouvellement des lignes. La ligne Carcassonne – Quillan en subit les conséquences alors qu’elle a un besoin urgent d’être régénérée. Une étude cofinancée par les différents partenaires de la ligne a été faite pour cela. Où en est-on?La ligne Carcassonne – Quillan est-elle à nouveau remise en question ? On peut se le demander après l’annonce faite par RFF de supprimer 4000 kilomètres de lignes ferroviaires faute de moyens insuffisants pour les entretenir.Que devient le rail qui selon le Grenelle de l’environnement serait une priorité nationale ?Que devient le TER à 1€ qui permettrait une plus grande fréquentation de cette ligne ferroviaire en réduisant du même coup le nombre de voitures sur la route ?

Plus que jamais il faut se battre pour le maintien et le développement de la ligne Carcassonne – Quillan.