Ferroviaire : l’inquiétude

Print Friendly, PDF & Email

Depuis des années, les cheminots, notre Région, la population du Languedoc Roussillon se battent pour l’accès à la Grande Vitesse et pour la défense et la modernisation de toutes nos lignes. Sans ces batailles, plusieurs lignes auraient sans doute été fermées depuis longtemps.

Sous la poussée des idées en faveur du développement durable, le pouvoir actuel a, dans son discours, pris position en faveur du transport collectif, du rail et du report modal afin qu’une partie importante des marchandises passe de la route au rail, à la mer et aux canaux. Le Fer-mer-routage !

Aujourd’hui, c’est l’inverse qui nous menace. RFF, l’entreprise publique, propriétaire et gestionnaire du réseau ferré, annonce qu’elle ne pourra plus assurer l’entretien et les maintenances de nos lignes. Y compris celles dites injustement secondaires : « Béziers-Clermont », « Nîmes-Clermont », « Carcassonne-Quillan », « Alès-Bessèges », auxquelles s’ajoute le train Jaune… Le gouvernement ne parle plus de report modal, mais de restrictions budgétaires vis-à-vis des collectivités territoriales et la SNCF comme RFF sont sommés de jouer la carte exclusive de la rentabilité financière. Fi de l’intérêt général, du développement durable, fi de l’entreprise publique, du service public et de l’emploi.

Nous nous sommes arc-boutés, pour éviter cela. Jusqu’à présent nous avons réussi à empêcher le pire. À chaque occasion, y compris lors des engagements pris en commun avec le Parti socialiste et le Président de Région, nous avons réaffirmé notre détermination à maintenir et à promouvoir les transports publics et le report modal. La proposition du TER à 1 € va dans ce sens, en même temps qu’elle défend le pouvoir d’achat des familles. Sa réalisation implique une attitude nouvelle de la SNCF, vis-à-vis des usagers et des collectivités. Elle implique aussi, et surtout, une volonté gouvernementale qui mette enfin en phase le discours et les actes. Comme toujours c’est notre action citoyenne commune : « usagers et élus », qui fera la différence !

Jean-Claude GAYSSOT

Vice-Président aux Relations internationales et à l’Europe