Motion en faveur du développement des réseaux d’irrigation, en viticulture.

Print Friendly, PDF & Email

Cette motion, en faveur du développement des réseaux d’irrigation en viticulture, vient en appui de toutes les interventions de la Région et des professionnels pour obtenir de l’État et de la Commission européenne, une réponse satisfaisante. La commission « agriculture, pêche et forêt » de l’Association des Régions de France (ARF), à laquelle j’ai participé le 7 juillet dernier à Paris, a pris en compte cette demande de la Région Languedoc-Roussillon.

Le président de cette commission, René Souchon, a été chargé d’intervenir au nom de l’ARF, auprès du ministère de l’Agriculture, pour que cette demande des professionnels de la viticulture soit enfin, retenue. Cette demande a pour objectif la qualité face notamment, aux périodes de sécheresse. Surtout quand on sait qu’en 2009, on a dépassé les 30 hectolitres par hectare, en moyenne, sur

l’ensemble du vignoble. Cette demande est vitale, pour préserver le foncier viticole de qualité. Il serait incompréhensible et inacceptable que l’État et la Commission européenne ne répondent pas favorablement, à cette demande d’extension mesurée, du réseau d’irrigation en viticulture ; Alors que les efforts pour la qualité de nos vins, sont considérables.

On a d’autant plus de raison d’appuyer cette demande, que le revenu des vignerons a baissé de façon vertigineuse, de 60 à 80 % selon les départements. D’après Agreste, le revenu des agriculteurs en Languedoc-Roussillon, aurait baissé de près de 50 %, entre 2008 et 2009.

Il faut plus que jamais, des mesures de soutien aux revenus agricole et viticole. On ne peut pas non plus laisser filer à la vitesse grand V, l’arrachage des vignes, au risque d’aboutir à des départements défigurés, comme c’est le cas de mon département de l’Aude. En dix ans, il a perdu 15 000 hectares de vignes, aujourd’hui on est à 70 000 hectares de vignes contre 120 000 en 1980. En six ans, le vignoble de notre Région a perdu près de 42 000 hectares.

On ne peut concevoir l’avenir du Languedoc-Roussillon, sans la préservation et le développement de la filière viticole, et la présence de très nombreux vignerons.

Pour toutes ces raisons nous voterons cette motion.

Henry GARINO

Président du Groupe Communiste, Républicain et Citoyen