Intercommunalité : choisie, oui, contrainte, non !

Print Friendly, PDF & Email

La réforme territoriale est toujours contestée. La mobilisation des élus locaux a contraint le gouvernement et sa majorité à reporter en 2015 la suppression de la compétence générale des départements et des régions.

De son côté, le Conseil constitutionnel a censuré le tableau de répartition des conseillers territoriaux.

La bataille pour l’abrogation de cette réforme territoriale n’est donc  pas terminée.

Cependant, les mesures qui concourent à la disparition programmée des communes vont être mises en œuvre. Les préfets ont reçu leur feuille de route pour mettre en place les schémas départementaux de la coopération intercommunale et les commissions départementales chargées d’en débattre.

Celle de l’Aude sera mise en place le 14 mars. Chaque commune devra avant fin juin, donner son avis sur la proposition du préfet visant à son intégration au sein d’une nouvelle intercommunalité. Elles devront aussi se prononcer sur la disparition des syndicats intercommunaux dont elles sont membres. Cette accélération vise à freiner l’expression du débat démocratique.

Les intégrations forcées, les fusions et redécoupages des intercommunalités nécessitent que les conseils municipaux prennent le temps d’en débattre sérieusement. Les citoyens des deux communautés d’agglomération de Carcassonne et de Narbonne et des 28  autres communautés de communes de l’Aude doivent aussi être associés à ces décisions qui concernent leur vie, car ce découpage – charcutage se conjuguera avec moins d’élus locaux, moins de ressources pour les collectivités.

Il se soldera alors par moins de proximité et moins de services publics. Mais aussi par moins d’agents territoriaux, l’Etat voulant conditionner le montant des dotations au non-remplacement d’un agent territorial sur deux.

Dans cette phase de mise en place d’une intercommunalité contrainte, la mobilisation des élus locaux et des citoyens est plus que jamais de rigueur. Le modèle territorial que l’on veut  nous imposer est profondément antidémocratique.

En la matière, rien n’est inéluctable et nous proposons un autre choix, une alternative : la coopération intercommunale.

télécharger le document

Henry GARINO

Conseiller Régional Délégué