Transport Collectif en Site Propre. Gâchis financier et condamnation d’une méthode de gestion de la ville.

Print Friendly, PDF & Email

Au-delà de l’énorme et inacceptable gâchis financier pour la ville et l’’agglomération dont le responsable est évidemment le Maire de Nîmes de par ses fonctions, se pose plus que jamais la manière dont les décisions sont prises dans cette ville. Cela ne peut plus durer.

Jean Paul Fournier, toujours droit dans ses bottes réaffirmait récemment sur France Bleue qu’il lui revenait de faire les choix qui lui semble nécessaires sans tenir compte des avis de la population et encore moins des associations.

On connait désormais le résultat de tels comportements. Les commerçants sont légitimement inquiets, on ne peut plus circuler normalement, et pour des mois, ce qui ne va pas manquer de repousser de nombreux touristes.

Bien sûr, il est urgent de faire appel aux assurances de la ville, car il serait totalement anormal que les contribuables fassent les frais d’une telle faute. En refusant d’entendre les remarques du commissaire enquêteur au sujet du passage devant la gare, au moment où les prévisions du nombre voyageurs sont à la hausse grâce à la région qui expérimente le ticket de TER à un euros, le désenclavement d’Alès avec le viaduc de Courbessac, JP Fournier prive la ville d’atouts importants.

Si le Maire avait écouté et engagé en premier le tracé Est Ouest avec un véritable tramway comme dans la plus part des villes de même importance et notamment Montpellier qu’il cite en référence, nous n’en serions pas là. Jean Paul Fournier qui n’hésite pas à traiter d’incompétents tous ses opposants vient d’apprendre à ses dépends ce qu’est un boomerang. L’incompétence semble avoir changé de camp. Il est donc urgent de lancer une véritable concertation sur le devenir des transports urbains, tant du point de vue du tracé que du mode à adopter.

Jean Paul Boré