Session du Conseil Régional Vendredi 27 mai 2011 Intervention d’Henry GARINO Groupe Communiste, Républicain et Citoyen

Print Friendly, PDF & Email

Monsieur le Président,

Chères et Chers Collègues,

Je veux d’abord féliciter la direction des finances pour la qualité et la densité du rapport sur le compte administratif 2010.

Je veux également féliciter et surtout remercier l’ensemble des services de la collectivité régionale qui nous ont permis d’atteindre un taux de réalisation de 94%.

Obtenir ce résultat n’était pas évident dans une année 2010 ouverte par une période électorale très tendue et extrêmement compliquée. La disparition brutale du Président Georges Frêche, au-delà du choc, a été perturbante pour l’administration et pour la majorité régionale.

Dans ces conditions, présenter un compte administratif avec ce taux de réalisation 6 points au-dessus de celui de 2009 devrait être salué par tous les élus de notre assemblée même si l’on a des analyses politiques différentes.

En effet, si l’on a comme préoccupation majeure l’intérêt général, on ne peut que se réjouir d’avoir atteint ces 94% car au final c’est plus de 1 Milliard € que la collectivité régionale a injecté dans la région.

C’est 4 fois plus que ce que la précédente majorité de droite injectait dans la région parce qu’en 2003 – 2004 les taux de réalisation se situaient à peine à 57%.

Aujourd’hui, les résultats sont difficilement contestables, que ce soit sur les compétences obligatoires dont les crédits ont été multipliés par 2 depuis 2004 ou les compétences non obligatoires.

Il n’est plus à démontrer l’effort fait sans précédent en direction des lycées – 1M€ d’investissements. Les dépenses d’investissement en 2010 se sont élevées à plus de 163M€ alors qu’elles étaient de 62,7M€ en 2005.

Nous sommes au 1ier rang des Régions pour ces dépenses d’investissement dans les lycées, 64€ par habitant.

Ce choix de l’éducation pour tous, de la réussite éducative c’est le choix de l’avenir de notre région avec des jeunes formés, confiants et motivés.

On pourrait également souligner l’énorme travail fait par la collectivité régionale en direction de la formation professionnelle et de l’apprentissage. Il suffit de comparer le réalisé de 2010 avec celui de 2004 : 187,3M€ contre 93,7M€ , soit deux fois plus qu’en 2004.

L’impact social et humain est considérable. C’est plus de 60 000 hommes, femmes, jeunes qui bénéficient de plus de 1200 formations et de l’apprentissage.

En matière de développement économique, la collectivité régionale mets 3 fois plus de crédits qu’en 2004. Malgré tous ses efforts la collectivité régionale seule ne fera pas reculer le chômage et la précarité.

Il faudra des choix nationaux qui déplacent l’argent de la spéculation financière vers les investissements productifs.

C’est ce que nous faisons avec la création récente d’un fonds de 400M€ pour le développement du photovoltaïque en partenariat avec des banques.

C’est aussi ce que fait la collectivité régionale en consacrant plus de 40% de son budget à l’investissement avec 418M€ réalisés en 2010, se plaçant ainsi au 3ème rang des régions pour l’investissement.

Les résultats du Compte administratif confirment que nous restons plus que jamais tournés vers les priorités que sont l’éducation, l’emploi, la formation, la recherche, sans oublier les transports ferroviaires.

Nous n’avons pas lâché pour autant sur les compétences non obligatoires ou optionnelles qui dans le Pacte régional s’élèvent à près de 190M€.

Je regrette profondément la critique du FN qui considère que les compétences non obligatoires sont du clientélisme. En effet, derrière ces 190M€, c’est la culture, le patrimoine, la santé, le handicap, bref c’est pour le mieux vivre des habitants de la région.

Ce qui nous paraît important de retenir de ce compte administratif 2010 c’est que le taux de réalisation de 94% a été obtenu sans trop affecter les équilibres budgétaires et en laissant de bonnes marges budgétaires pour franchir une nouvelle étape dans la construction d’une région moderne, solidaire et ouverte.

Il y a quelques chiffres parlant :

–      52% des investissements sont couverts par l’autofinancement,

–      le taux d’épargne nette de 207M€ est le 5ème des régions,

–      l’annuité de la dette est de 4% des dépenses totales contre 10% en 2004.

Cette situation financière saine ne doit pas nous conduire à penser que l’élaboration des prochains budgets sera un exercice facile. Nous aurons des équations pas simples à résoudre pour tenir tous nos engagements et financer les grands projets structurants. Nous serons en effet pris en tenaille par le gel des dotations de l’Etat pour 3 ans, les conséquences de la réforme fiscale et la perte de l’autonomie fiscale avec un levier fiscal régional ramené à 20% environ des recettes.

Pour conclure, il est quand même mieux d’aborder les prochaines échéances budgétaires avec un bon compte administratif. Ce qui n’enlève en rien l’urgence de mener une grande bataille politique pour donner aux collectivités locales et territoriales les moyens de leurs actions au service des habitants.