La rigueur pour les spéculateurs

Print Friendly

Les gouvernements de l’Europe prennent prétexte de la crise financière en mettant uniquement l’accent sur l’ampleur de la dette publique pour imposer aux peuples des politiques d’austérité. Le gouvernement français n’est pas le dernier à prôner cette politique d’austérité. il propose même de l’inscrire dans la Constitution avec la fameuse « règle d’or » qui consiste à plafonner la dette publique à 3 % du P.I.B. selon les critères fixés par le Traité Constitutionnel Européen de 2005 rejeté par la majorité des français.Pour atteindre cet objectif il faut que d’ici 2013 les économies budgétaires de l’Etat approchent les 50 milliards d’euros. Faut-il encore frapper celles et ceux qui sont durement touchés par la crise : les 8 millions de pauvres, les 3 millions de chômeurs, les millions de « smicards », les 2 millions de familles surendettées……certainement pas. C’est ailleurs qu’il faut frapper. Par exemple du côté des grands groupes du C.A.C. 40 qui en 6 mois ont réalisé 50 milliards de profits autant que toute l’année 2008 (année de la crise). Par exemple du côté des niches fiscales qui s’élèvent à 74 milliards d’euros. Savez-vous qu’en octobre 2010 le conseil des prélèvements obligatoires a révélé un manque à gagner de 172 milliards d’euros pour les recettes de l’Etat dû à des exonérations de charges fiscales et sociales aux grandes entreprises. Les prêteurs et les spéculateurs qui s’enrichissent sur la fragilisation des finances de l’Etat doivent être sévèrement sanctionnés et surtout taxés.

Henry Garino
Président du Groupe
Vice-Président

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar
wpDiscuz