Stéphan ROSSIGNOL perd sa raison républicaine

Print Friendly, PDF & Email

republiqueEn 1939, certains clamaient : « plutôt Hitler que le Front Populaire. »
En 1998 déjà, Jacques BLANC et les aînés de Stéphan Rossignol n’avaient pas hésité à faire alliance avec le FN à la Région.
Monseigneur CADILHAC, Evêque de Nîmes, avait dit de cette droite qu’elle était « la prostituée de la politique. »
Venu à Nîmes, le Président Chirac avait refusé de serrer la main de Jacques BLANC pour cette raison.
Pour ma part, lors de différentes élections, je ne me suis jamais posé la question dès lors qu’il restait en lice un candidat de droite et un du front national.
La ligne qui nous sépare de ce parti qui distille la haine, c’est la République. C’est une conception issue de la Libération de la France en 1945 et de sa Constitution qui refuse toute exclusion et toute haine de l’autre.
Préférer le parti d’un Le Pen qui nie l’existence des chambres à gaz et qui considère le gazage de millions de juifs comme étant un détail de l’histoire n’est pas digne de la République.

Jean-Paul BORE
Conseiller Régional

 

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar
wpDiscuz