COMUNIQUE DE PRESSE Des Vice-présidents communistes en charge des transports dans les Régions _ NOUVEAU MANIFESTE DES REGIONS « Libéralisation et recul social »

PrintFriendly and PDF

3512_ter_440x260Le Mardi 11 Mars, Alain Rousset, Jacques Auxiette et Jean-Jack Queyranne ont présenté à la

presse le nouveau manifeste des Régions intitulé « Pour le renouveau du système

ferroviaire ».

 

Ce document n’engage que les Présidents de Région dans la mesure où les amendements que

nous avions formulés n’ont aucunement été pris en compte.

 

En lien avec les relations délétères avec la Direction SNCF et en résonnance aux sirènes

libérales des opérateurs ferroviaire privés, l’ARF fait volte-face, proposant la voie du recul

social et l’ouverture à la concurrence pour les TER.

 

Ce nouveau manifeste est bien loin des positions de l’ARF présentées dans son premier

manifeste et va à l’encontre des besoins des usagers et des conditions sociales des

cheminot(e)s.

 

Si nous partageons l’impérieuse nécessité d’avoir un Etat stratège et des Régions confortées

dans leur rôle d’autorité organisatrice pour la réforme du système ferroviaire comme celles

d’avoir une transparence des coûts, un interlocuteur unique pour les Régions et un

financement pérenne de l’Etat pour les TET, nous ne pouvons accepter les dérives libérales et

antisociales que contient ce nouveau manifeste.

 

Comment peut-on accepter ce revirement alors que dans. son premier manifeste, l’ARF

disait « L’ouverture à la concurrence, prévue dans les textes européens, n’est d’abord pas

une obligation mais une possibilité à l’horizon 2019 ; ensuite, elle n’est surtout pas la

panacée. » Elle appelle, aujourd’hui, de ses vœux une révision des dispositions du code des

transports qui se traduirait pr une profonde modification de la LOTI et de la loi SRU

concernant le monopole de la SNCF sur le transport ferroviaire régional.

 

Comment affirmer qu’elle ne veut pas de dumping social et dans le même paragraphe

demander : « une meilleure organisation du travail et des roulements, une industrialisation

des processus de maintenance et le développement d’une plus grande polyvalence des

personnels »

 

Que dire de la création d’une association d’étude sur le matériel roulant qui sous couvert

d’avoir la responsabilité de l’acquisition des trains a en fait comme objectif de mettre la main

sur le matériel roulant, les ateliers et les cheminots en donnant au secteur privé les moyens de

faire du profit avec l’argent public et les salariés qui vont avec.

 

Les onze Vice-Présidents communistes : Jean-Michel Bodin, Gilles Bontemps, Daniel

Beurdeley, Luc Bourduge, Patrick Hatzig, Gérard Lahellec, Noël Levillain, Charles Marziani,

Pierre Mathieu, Pierre Mouraret et Jean-Paul Pinaud restent déterminés à promouvoir un

système ferroviaire public , un statut garanti pour tous les cheminots. Ils s’opposeront à toute

forme de mise en concurrence de la SNCF sur les transports régionaux. Ils appellent aux

rassemblements et aux actions les plus larges sur tous les territoires, des usagers, des élus, des

cheminots afin de préserver et développer le Service Public Ferroviaire.

Henry Garino
Président du Groupe
Vice-Président

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar
wpDiscuz