Budget Supplémentaire 2014

Print Friendly, PDF & Email

budgetMonsieur le Président,
Chères et chers collègues,

Les modifications à la marge du Budget Supplémentaire n’ont pas affecté les principales orientations du BP 2014. Au contraire, elles sont même renforcées, confirmant ainsi que les engagements budgétaires pris lors du vote du BP en décembre 2013 sont tenus.
Et elles le sont, malgré la dégradation de la situation économique de la région et les annonces de baisses sensibles des dotations de l’Etat pour les 3 ans à venir.

C’est aussi l’avis du CESER dont les conseillers, je cite « saluent la performance du Conseil régional qui parvient à diminuer le montant de l’emprunt d’équilibre et augmenter la capacité d’autofinancement avec un taux d’épargne brute prévisionnelle qui s’établit à 25,7% contre 25,5% en 2013. »

Je peux témoigner, pour avoir assisté à la plénière du CESER, mercredi 23 juillet, que les rapporteurs du Budget Supplémentaire se sont félicités de la bonne gestion du budget de la collectivité régionale.

Le point fort des engagements budgétaires, confirmé par les nouvelles inscriptions en autorisation de programme est l’investissement régional.

Alors que d’autres Régions mais aussi d’autres collectivités territoriales ont revu à la baisse les investissements, ici en Languedoc-Roussillon, la collectivité régionale a poursuivi et amplifié ses efforts en faveur de l’investissement.

Le Compte administratif 2013 avait déjà pointé le niveau record des investissements, 518,7 M€ soit 44,1% du budget.

Aujourd’hui, la part de l’investissement dans le budget dépasse les 45% et approche les 540 M€.

En 2013, selon l’Agence des décomptes publics, notre région était déjà classée au 1ier rang des régions métropolitaines pour l’investissement en prenant le critère des dépenses d’équipement brut.

La part de l’investissement pour l’ensemble des régions ne dépasse pas les 37% alors que notre région est au-dessus de 45%.

Les faits sont là ! Ce n’est pas la taille d’une région qui fait sa force, c’est sa politique budgétaire en consacrant plus de moyens financiers à l’investissement pour favoriser l’emploi, la croissance, et développer les politiques publiques au service des habitants et des territoires.
J’ai vu dans la presse nationale que le Président du MEDEF, Pierre GATTAZ, se désolait de constater, je cite, « qu’il n’y a plus d’investissements et plus d’embauches » ajoutant « la situation économique de notre pays est catastrophique. »

Mais c’est le même Pierre GATTAZ qui soutient bec et ongle la réforme territoriale en demandant que l’on réduise encore plus les dépenses publiques dans les collectivités territoriales.

Ce n’est pas en réduisant les moyens aux collectivités territoriales que l’on relancera l’économie et l’emploi, sachant qu’elles assurent 73% de l’investissement public.

J’ai relevé également la déclaration de notre collègue André VIOLA, Président du Conseil général de l’Aude, à propos du découpage des régions, je cite « nous avons besoin d’appartenir à une région forte qui dispose de compétences pour la politique économique financière et l’emploi. »

Cette région, nous l’avons, avec une montée en puissance de son budget depuis 2004 qui atteint maintenant 1 milliard 200 millions d’euros !

Cette région, nous l’avons, avec un budget d’investissement de 540M€ !

Cette région, nous l’avons, avec une capacité d’autofinancement qui s’améliore et un taux d’épargne brute de 25,7% alors que pour 2013 ce taux d’épargne était de 18% pour l’ensemble des régions !

Cette région, nous l’avons, avec ses prises de compétences élargies notamment dans le domaine des infrastructures portuaires et aéroportuaires !

Le Budget Supplémentaire confirme que nous poursuivons la même dynamique budgétaire et surtout que nous assurons une grande maîtrise des dépenses mais également des prévisions de recettes.

Je pense que nous pouvons saluer ce travail de qualité des services et des élus qui ont la charge de mener à bien l’exécution des engagements budgétaires.

Avec une perspective d’exécution budgétaire de 98%, la collectivité régionale se donnera les moyens pour mieux aborder une année 2015 qui s’annonce difficile tant du point de vue économique que financier et qui risque d’impacter le budget de la Région.

Pour toutes ces raisons, nous devons garder le cap en tenant fermement sur nos principales orientations budgétaires :
–  les investissements,
–  l’amélioration de la capacité d’autofinancement,
–  et limiter le nécessaire recours à l’emprunt

Pour conclure, le groupe Communiste, Républicain et Citoyen votera le Budget Supplémentaire 2014.

Henry Garino
Président du Groupe
Vice-Président

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar
wpDiscuz