Ligne Carcassonne-Quillan. L’engagement de l’Etat se fait attendre

PrintFriendly and PDF

ligne_carcassonne_quillan7La séance plénière du Conseil régional du 27 juin a été notamment marquée par un vif débat sur les acquisitions foncières de la ligne nouvelle Montpellier-Perpignan(LNMP). La Région s’est engagée à hauteur de 5 millions d’euros soit 25 % du montant total de ces acquisitions. Le Secrétaire d’Etat aux transports Frédéric Cuvillier vient de confirmer que le tracé définitif de la ligne serait arrêté fin 2015 et que l’enquête publique démarrerait fin 2016.

Dans le débat les élus présentaient les arguments soit pour se rassurer que le projet de ligne nouvelle était en bonne voie, soit pour s’inquièter du calendrier de la réalisation. Mais tout le monde admettant que ce dernier maillon ferroviaire entre le Nord et le Sud de l’Europe était majeur pour le Languedoc-Roussillon. Et dans tous les cas que deviennent ce qu’on appelle les lignes secondaires et les petites lignes qui sont si utiles dans le maillage ferroviaire.

Il suffit de voir l’augmentation de la fréquentation après la mise en place du train à 1 euro. Sur la ligne Carcassonne-Quillan l’augmentation est de 160 %. Profitant de la présentation du rapport sur la clôture de l’exercice TER 2011 j’ai demandé au Président Bourquin où en était la discussion avec l’Etat sur le contrat de Plan Etat-Région et plus précisément sur la régénération de la ligne Carcassonne-Quillan. les travaux étaient inscrits au CPER 2006 – 2013. Répondant à ma question Robert Navarro en charge des transports a rappelé que la Région à réinscrit la ligne Carcassonne -Quillan dans le contrat de Plan 2014 – 2020. Il a réaffirmé la volonté de la Région de soutenir cette ligne pour laquelle les élus avaient déjà voté 3, 3 millions d’euros.
Par contre l’engagement de l’Etat se fait attendre.

Henry Garino
Président du Groupe
Vice-Président

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar
wpDiscuz