Intervention d’Henry Garino au Conseil Régional du 17 octobre 2014

PrintFriendly and PDF

grele_vigneMonsieur Le Président,

C’est bien d’avoir ouvert la session par les évènements qui marquent l’actualité et plus particulièrement les intempéries de ces derniers jours qui ont frappé durement le Gard et l’Hérault. Je rappelle, mais vous le savez , que l’Aude et une partie de l’Hérault ont été touchés par un orage de grêle le 6 juillet dernier. Près de 15 000 hectares de vignes et de vergés ont été frappés avec des pertes de récolte allant de 20 à 100 %.

Les 800 vignerons et agriculteurs sinistrés sont en attente de mesures exceptionnelles. Vous l’avez dit, Monsieur Le Président, ils sont assurés du soutien de la collectivité régionale.

Vous avez également renouvelé votre engagement de poursuivre le combat de Christian Bourquin pour le maintien de l’intégrité territoriale de la Région et pour préserver son identité. Tous les Conseils Régionaux n’ont pas été appelé à se prononcer. Nous, nous l’avons fait et 65 élus régionaux sur 67 (tous groupes confondus) ont voté OUI à la Région Languedoc-Roussillon. Nous avons donc un mandat clair à respecter. Cela a déjà été dit : ce n’est pas la taille d’une région qui fait sa force. Ce sont les politiques publiques qui sont menées dans les régions. L’ADN des politiques publiques du Languedoc-Roussillon : c’est la gratuité des livres et des fournitures scolaires, c’est l’Ordi gratuit pour les lycéens, c’est le train à 1 euro, c’est notre soutien au logement social, c’est l’Etablissement Public Foncier Régional, c’est le Parlement de la mer. Mais c’est aussi le niveau élevé de l’investissement – plus de 45 % du budget nous plaçant en tête des régions. C’est aussi l’énorme enveloppe des crédits européens qui est passé de 900 millions d’euros à plus de 1 200 millions d’euros dont la collectivité régionale va directement géré 1 000 millions d’euros.

C’est pour toutes ces raisons que nous soutenons le combat en faveur de la Région Languedoc-Roussillon. A nos collègues de l’opposition qui sont dans ce combat tout en dénonçant nos politiques publiques et l’austérité du gouvernement, je pense qu’ils sont mal placés pour nous faire la leçon. J’ai lu dans le programme de l’UMP que la droite proposait de ramener le nombre de Régions à huit et de supprimer les départements. J’ai lu également à propos de l’austérité et des réductions budgétaires que des candidats à la direction de l’UMP et à la Présidence de la République proposaient des coupes budgétaires de 100 à 150 millions d’euros.

J’espère que les 65 élus régionaux resteront solidaires jusqu’au bout pour l’intégrité territoriale du Languedoc-Roussillon et son identité et ses spécificités.

Henry Garino
Président du Groupe
Vice-Président

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar
wpDiscuz