Vivement la baisse de la taxe foncière !

Print Friendly, PDF & Email

Dans le rapport de présentation du débat d’orientation budgétaire (DOB), le maire de Carcassonne ne cache pas que « la situation est fragile » , que « l’endettement est important » et que le « foncier est très élevé ». Après l’exercice budgétaire 2016, la situation selon le rapport reste fragile. Bref, les marges de manœuvre sont faibles pour les investissements, ce d’autant que le maire a pris l’engagement de baisser le taux du foncier bâti. Il faut rappeler que ce taux a augmenté très fortement après la dette dite « Orta » de 20,6 millions d’euros.
Dès 1992, ce taux a augmenté de 12 % et, entre 1992 et 2009, sous la gestion de la ville par la droite, il a augmenté de 28,5 %. Ce sont les faits.
Reconnaissant enfin que « la taxe sur le foncier bâti est manifestement pénalisante pour les contribuables carcassonnais » et que « l’attraction de la ville en subit les conséquences », le maire propose un abaissement de cette pression fiscale.
Enfin ! 29 ans après la déclaration de Raymond CHESA en novembre 1988 « Tant que je serai maire, il n’en coûtera pas un sou aux Carcassonnais », on nous annonce un petit pas dans la réparation d’un grave préjudice. Par habitant, cette dette a coûté 426 euros. Il est improbable que la baisse de la taxe foncière soit des plus réparatrices, mais elle sera toujours bonne à prendre pour les propriétaires et ceux qui envisagent de le devenir.
Une baisse de 1% représente 240 000 euros de moins prélevé sur cette taxe. Une baisse de 3% représente 720 000 euros qui seraient déduits sur le montant des sommes payées par les contribuables assujettis à la taxe foncière. Plus la baisse de cette taxe foncière sera élevée et plus l’effet sera intéressant en terme de pouvoir d’achat.
Espérons que l’équilibre budgétaire ne vienne pas limiter la baisse éventuelle de cette taxe…

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar
wpDiscuz